Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 17:34
Le narrateur, Meursault, employé de bureau à Alger, apprend que sa mère est morte, dans un asile. Il va l'enterrer sans larmes, et sous un soleil de plomb qui ne fait qu'augmenter son envie d'en finir avec la cérémonie. De retour à Alger, il va se baigner et retrouve une ancienne collègue, Marie. Ils vont voir un film comique au cinéma, et elle devient sa maîtresse. Un soir, Meursault croise Salamano, un voisin, et est invité par Raymond, un autre voisin de palier. Ce dernier, ancien boxeur, lui raconte sa bagarre avec le frère de sa maîtresse, et lui demande d'écrire une lettre qui servira sa vengeance. Quelques jours plus tard, Raymond se bat avec sa maîtresse et la police intervient. Meursault accepte de l'accompagner au commissariat.
Invité par Raymond à passer un dimanche au bord de la mer dans le cabanon d'un ami, Masson, Meursault s'y rend avec Marie. Après le repas, les hommes se promènent sur la plage et rencontrent deux Arabes, dont le frère de la maîtresse de Raymond. Ils se battent et Raymond est blessé. De retour au cabanon, Meursault le tempère et lui prend son revolver, pour lui éviter de tuer. Reparti seul sur la plage, il retrouve par hasard le frère, qui sort un couteau. Assommé par le poids du soleil, il se crispe sur le revolver et le coup part tout seul; mais Meursault tire quatre autres coups sur le corps inerte.
Meursault est emprisonné. L'instruction va durer onze mois. Il ne manifeste aucun regret lorsqu'il est interrogé par le juge, aucune peine lorsque son avocat l'interroge sur les sentiments qui le liaient à sa mère. Le souvenir, le sommeil et la lecture d'un vieux morceau de journal lui permettent de s'habituer à sa condition. Les visites de Marie s'espacent.
Le procès débute avec l'été. L'interrogatoire des témoins par le procureur montre que Meursault n'a pas pleuré à l'enterrement de sa mère, qu'il s'est amusé avec Marie dès le lendemain et qu'il a fait un témoignage de complaisance en faveur de Raymond, qui s'avère être un souteneur. Les témoignages favorables de Masson et Salamano sont à peine écoutés. Le procureur plaide le crime crapuleux, exécuté par un homme au coeur de criminel et insensible, et réclame la tête de l'accusé. L'avocat plaide la provocation et vante les qualités morales de Meursault, mais celui-ci n'écoute plus. Le président, après une longue attente, annonce la condamnation à mort de l'accusé.
Dans sa cellule, Meursault pense à son exécution, à son pourvoi et à Marie, qui ne lui écrit plus. L'aumonier lui rend visite, malgré son refus de le rencontrer. Meursault est furieux contre ses paroles, réagit violemment et l'insulte. Après son départ, il se calme, réalise qu'il est heureux et espère, pour se sentir moins seul, que son exécution se déroulera devant une foule nombreuse et hostile.

Trucs à retenir : link

Notes Mme Labouret :
- Roman étrange parce qu'on se demande si Meursault éprouve des sentiments à la mort de sa mère ou pas.
- Roman qui montre la force et l'absurdité des préjugés : Mersault est condamné + pour n'avoir pas pleuré à la mort de sa mère que pour meurtre : critique dela peine de mort (s'il avait pleuré pour sa mère, il aurait sûrement été acquittté)
- Meurseault est un amoureux de la vie, du soleil, de la mer : Identification à Camus, enfant d'Alger.
- Camus, avec Sartre (philosophe de l'après guerre), cherchent à voir comment repenser l'homme, comment retrouver un humanisme après le génocide des juifs: il a écrit le mythe de Sisyphe : L'idée, illustré par le mythe de ce héros condamné à remonter éternellement un rocher en haut d'une montagne, est qu'il faut agir, il faut s'entraider même si l'on n'est pas sûr que ça ait du sens. Camus écrit : "il faut imaginer Sisyphe heureux".
Le sentiment d'absurité naît du décalage ressenti entre soi et le monde.

définition du naturalisme : réalisme + dimension scientifique, experimental, d'observation, médecine, biologie, sociologie.

Partager cet article

Repost 0
Published by dupuyL2 - dans Premiere
commenter cet article

commentaires