Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 20:39
Introduction : Un demi-siècle sans précédent

  Avant 1973 = période de plein emploi, fort PIB, très faible taux de chomâge
    Après 1973 = hausse du chomâge, le PIB est plus faible

Contrairement à la période précédente, apparition de grandes inégalités entre les pays
Forte croissance jusqu'en 1973, puis croissance moins rapide.

=>  Transformations dans les 50 dernières années :

- société de loisirs
- apparition de l'électro-ménager
- société de consommation (hypermarchés)
- urbanisation
- révolution des transports
- communication
- explosion du tertiaire, diminution du primaire
- révolution des moeurs (femme, travail, études)
- nouvelles technologies 'santé, aérospatial)
- nouvelles énergies : nucléaire
- Recherche Développement => principalement le Japon et les EU

=> un accès aux technologies qui reflète les inégalités mondiales

- "fracture numérique"
-  2 milliards d'hommes sur Terre n'ont encore jamais passé un coup de téléphone
- 50 % de la population n'a pas un accès régulier au téléphone

Nous avons une société qui a très fortement muté en 50 ans, mais les changements sont plus rapides au Nord qu'au Sud, entraînant de nouvelles fractures.

I - 1945 - 1973 ou Les Trentres Glorieuses
A - Une croissance exceptionnelle basée d'abord sur l'Industrie


=> caractéristiques :

- Une forte croissance économique dans les pays Occidentaux capitalistes du Nord, dans 4 pays particulièrement.
- Pour l'allemagne et le japon l'on parle de miracle :
  ex : En 1961 : Japon = PIB + 15% / RFA : PIB+ 12% / France, Italie : PIB + 8%

=> Au Japon :
globalement PIB + 8% en moyenne sur la totalité de la période
1945 : le japon a un statut de pays en développement
1970 : 2ème puissance mondiale

= > En allemagne
1945 : "Allemagne année 0"
1970 : 3ème puissance mondiale

Mis à part le Japon, les pays ont besoin de main d'oeuvre étrangère. C'est donc une période d'automatisation, de productivité avec des thèses comme le Taylorisme, ou l'application, le Fordisme. Globalement, on observe une hausse du PIB, et le pouvoir d'achat est multiplié par 3 entre 1950 et 1973.

=> Pourquoi cette croissance?

  • Les Etats Unis grâce au Plan MArshall va inonder l'Occident de dollar.
Plan MArshall  1947 : donner de l'argent aux pays en échange de l'achat aux etats unis
Au début de la guerre froide, cette aide des états unis aide les pays à remonter pour ne pas favoriser la montée du communisme. Ils aident donc prinipalement l'allemagne et le Japon, car ils se situent dans des zones de rayonnement du communisme.
Pour la guerre froide seront crées en europe des complexes militaro-industriels (cf doc 8 p. 34)

  •  Le taylorisme favorise une production de masse , c'est l"Organisation scientifique du travail" on augmente les salaires pour que nos salariés puissent acheter les produits qu'ils fabriquent
  • Investissement dans la Recherche Développement
  • Mise en place de la conférence de Bretton Woods et du SMI (Système MOnétaire International)
  • Création du GATT => reglemente le commerce international et favoise les échanges
           => On a donc une forte augmentation du commerce international. Il augmente plus vite que la croissance économique. (cf donc 5p 33)

=> Conclusion

Cette croissance a été très accentuiée par les etats. Les Etats deviennent des acteurs économiques :
  • grands travaux (autoroutes, ponts...)
  • nationalisation des entreprises
  • investissement dans la Recherche Développement
  • acteur social : l'Etat Providence = veille à la redistribution des richesses . C'est la protection des plus faibles avec les retraites, les allocations, la sécurité sociale. Cela permet de soutenir la consommation. => c'est ce que l'on appelle une politique Keynesienne (quand l'économie ne va pas bien, l'Etat doit intervenir pour relancer l'économie. Cela permet d'augmenter le pouvoir d'achat
Cependant, dans ce tableau idyllique, le bémol est qu'il subsiste dans les pays occidentaux des poches d'exclusion et de pauvreté. Cela concerne les "nouveaux urbains" et les immigrés, qui sont issus de l'exode rural. Ils habitent dans des bidonvilles en périphérie des grandes villes à cause de la crise du logement.

Les Etats Unis sont concernés par les immigrés ethniques (latinos, noirs) avec les problèmes de ségrégation jusqu'en 1960 (jusqu'à Kennedy).

=> La croissance dans les pays communistes de l'Europe et l'URSS
Les besoins de la population ne sont pas satisfaits. Staline néglige les biens de consommation, de logement, les infrastrutures de communication (routes) et surtout l'environnement. Cependant, ces pays sont en croissance grâce à la vitalité de l'industrie lourde et de l'armement.


=> La croissance dans les pays en développement
Ils ont une croissance très forte, mais ils partent de tellement bas qu'ils ne monte pas bien haut.
De plus, l'explosion démographique fait que le PNB par habitant n'augmente pas. L'écart se creuse donc entre les pays du Nord et ceux du Sud. Ils produisent uniquement des matières premières, dont les prix diminuent.

Les 30 glorieuses ont donc été bénéfiques pour les pays occidentaux à économie capitaliste.

B - Une société de l'abondance?


La croissance économique favorise dans les sociétés occidentales l'émergence d'une société de l'abondance, de consommation. Elle a été soutenue par l'apparition de nouveaux produits (électro-ménager...) => Il faut donc créer de nouveaux besoins pour commercialiser ces nouveaux produits. On développe donc la publicité, le marketing, les hypermarchés, le caddie, les crédits, les congés payés et les aides. On assiste a des nouveaux besoins comme le tourisme de masse, les loisirs, la culture.

II - Depuis 1973, croissance ou dépression?
A - Le ralentissement de l'activité économique.



Les causes profondes :
  • 1971 : Fin des accords de Bretton Woods donc on met fin à la convertibilité du dollar en or.  Le système monétaire devient donc instable.
  • Dès la fin des années 1960, les marchés sont saturés => surproduction => - moins de bénéfices.
Après 1973 , on a :
- une croissance négative
- une période de croissance faible (environ 2%)
- une forte inlfation (augmentation des prix)
- ralentissement de la croissance du commerce international
=> STAGFLATION

Deux éléments déclencheurs :

  • 1973 : CHOC PETROLIER (hausse brutale du prix du pétrole)
Les grands pays producteurs sont des pays arabes. Ils sont en guerre depuis 1948 contre Israël. Or, en 1973, les pays arabes attaquent Israël. C'est la "Guerre du Kippour" pour les juifs, et la "Guerre du Rammadan" pour les arabes. Pour soutenir les pays arabes, les pays producteurs de pétrole, regroupés dans l'OPEP décident de boycotter la vente de pétrole, entraînant une hausse vertigineuse du prix du pétrole.

  • 1979 : CHOC PETROLIER
Dû à la destabilisation de l'Iran lors de la Révolution Islamiste. Mais ce n'est pas suffisant pour faire tomber l'économie mondiale, les économies étaient déjà fragilisées.



On observe des difficultés dans les industries "traditionnelles" telles que la sidérurgie, l'automobile ou le textile.
Les industries des pays occidentaux voient leurs commandes diminuer par l'émergence de nouveaux producteurs plus compétitifs . On arrive donc à une forte augmentation du chomâge en Occident. En 1986, les pays de l'OCDE (les 15 pays les plus riches du monde) ont en moyenne 15% de chomâge. Le phénomène d'exclusion réapparaît chez la population peu qualifiée, les immigrés, les ouvriers. Cela met à mal l'Etat Providence (la politique Keynesienne) qui ne parvient plus à faire face aux besoins => réduction des allocations et des aides.

Pour faire face, on reste dans une premier temps dans la logique de la politique Keynesienne (soutenir la consommation) mais les résultats sont peu concluants. Au début des années 1980, Ronald Reagan est élu aus Etats-Unis, et va donc instauraer une économie libérale : désengagement de l'Etat dans l'économie (diminution des aides sociales ...) Privatisation des entreprises, réduction de la fiscalité, dérégulation de l'économie. Le capitalisme se régule de lui-même.

B - Le Nouveau visage de la croissance

1- une croissance mal partagée depuis 1987


On assiste à des situations très contrastées même au sein des pays développés.

=> Ceux qui s'en sortent :
- Les USA dès 1983, reprise de la croissance et presque plus de chomâge
- Le Japon connaît une forte croissance jusqu'en 1990, mais à partir de 1990, la croissance s'affaiblit. doc 6p39

=> Ceux qui s'en sortent moins ::
- En Europe, depuis 1973 : Le problème du chomâge jusqu'en 1990 au RU, en Allemagne de l'ouest, dans les pays scandinaves, puis le chomâge qui recul dans les années 1990.
-Dans les pays anciens comunistes, les pays commencent à émerger depuis 2000 (passage d'un système collectiviste à un système capitaliste).
- Dans les pays en développement, la situation s'est modifiée depuis 1973, c'est à dire que dans le Sud on voit apparaître des pays en voie très rapide d'industrialisation. On les appelle les "pays émergents" qui sont intégrés à la mondialisation. Certains feront leur entrée dans le monde développé en 1990 (NPIA : Corée du SUd, Hong Kong, Taïwan, Singapour). La Chine et l'Inde observent une montée très rapide, la chine en tant que bas de gamme pas cher en quantité, et l'Inde pour la haute technologie. D'un autre côté, certains payés, notamment ceux d'Afrique sub-saharienne, s'enfoncent dans leur sous-développement.
80% des richesses mondiales sont maitrisées par la Triade, mais les puissances du futur sont la Chine et l'Inde.

2 - Une troisième révolution industrielle

1ère révolution : charbon => chemins de fer
2ème révolution : moteur à explosion => automobile
3 ème révolution : NTIC Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. La dynamique économique repose sur la capacité à innover => Recherche Développement : On fixe un objectif et on essaye de trouver comment faire.
Les USA investissent / an 276 milliards de dollar => 2.82 % du PIB
La France investit 31 milliard de dollar / an => 2% du PIB
Robotisation et automatisation de l'industrie => augmentation de la productivité, baisse du chomâge
Internet, autoroutes de l'information => croissance des réseaux de satellites, téléphones mobiles
Tout cela favorise la mondialisation

3 - Une croissance sous le signe de la mondialisation
doc 12,9 p 41 + 3p 31

On observe une explosion des échanges commerciaux et l'émergence d'une nouvelle ère de puissance : l'Asie. On a une augmentation des IDE (investissements directs à l'étranger) notamment vers les pays développés. On observe également une augmentation des IDE vers les pays en développement, les pays de l'Europe du Sud-Est  et la CEI.

III - Vers un "village planétaire"? la consommation au coeur de la mondialisation

Etude de doc:

Etude d’un ensemble documentaire

 

Les nouveaux réseaux de communication : accélérateurs de la mondialisation ?

 

 

 

  • Vous répondrez aux questions en vous aidant des documents proposés et de vos connaissances personnelles (indiquez pour chaque réponse les documents utilisés) :
  1. En quoi les outils (Internet, télévision numérique, …) qui  ont permis l’émergence d’une société de la communication transforment les modes de vie et les activités des sociétés contemporaines ? (doc 1)
  2. De quelle manière les entreprises de communication font-elles face à cette « révolution » ? (doc 2)
  3. Quels espoirs peut susciter cette « société de la communication » ? (docs 1, 3 & 5)
  4. Cependant, la constitution d’un « village planétaire » peut-il porter atteinte à la diversité culturelle ? Comment défendre cette diversité ? (docs 4 & 5)
  5. En quoi les progrès fulgurants des outils de la communication sont-ils également révélateurs d’inégalités ? (doc 3)

 

  • En vous aidant des réponses apportées au questionnement et en utilisant vos connaissances personnelles, vous répondrez de manière organisée à la problématique posée.

 

 

Document  1 : les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication

 

 Document 2

 

Comme une immense toile d’araignée, à l’heure de la world culture, se met en place une « société de l’information globale » dopée par l’essor des nouvelles technologies. Profitant de la révolution numérique, une infrastructure de l’information se déploie à l’échelle de la planète qui favorise l’interconnexion des services liés à la communication et aux cultures de masse. Elle résulte de l’imbrication des trois secteurs - informatique, téléphonie et télévision - dans le multimédia. Inconnu il y a dix ans, Internet a ainsi bouleversé tout le champ de la communication. (…)

Des firmes électroniques fusionnent désormais avec des entreprises du téléphone, du câble ou de l’édition pour constituer des mégagroupes médiatiques intégrés. Le chiffre d’affaires des industries de la communication, au sens large, qui était environ de 1 000 milliards d’euros en 1995, pourrait s’élever, dans cinq ans, à 2 000 milliards d’euros, représentant ainsi 10 % de l’économie mondiale...

Les géants de l’informatique, de la téléphonie et de la télévision estiment que les profits du futur se trouvent dans ces gisements fabuleux qu’ouvre devant leurs yeux fascinés la technologie du numérique. Mais ils savent aussi que, désormais, leur propre territoire n’est plus protégé et que, avec des instincts de tyrannosaures, les mastodontes des secteurs voisins lorgnent sur lui. Dans le champ des industries culturelles, depuis dix ans une guerre d’une formidable brutalité se livre sans merci. (…)

D’un bout à l’autre de la planète, les seigneurs de cette guerre des réseaux sont les mêmes, des conglomérats géants devenus les nouveaux maîtres du monde : America OnLine (qui a racheté Netscape, Intel et le groupe Time-Warner-CNN), Vivendi-Universal (ex-Générale des eaux, qui a racheté Havas, Canal+, …), IBM, Microsoft (qui règne sur le marché des logiciels informatiques et veut conquérir celui des jeux vidéo avec la X-Box), Disney (qui a racheté le réseau de télévision ABC), Bertelsmann (premier groupe de communication allemand), Prisa (premier groupe de communication hispanique), France Télécom, Bouygues, etc. Dans cette grande mutation du capitalisme, la logique dominante est celle du tueur. (…)

Le Monde diplomatique, mai 2002

 

Document 3

 

L’accès à la connaissance grâce aux nouvelles technologies est I’une des clés du développement durable, et pas seulement des pays du Sud. La marque la plus visible de l’avènement de a société de l'information est le développement explosif qu’a connu Internet au cours des cinq dernières années, constate un rapport à paraître du Conseil d’analyses économiques (CAE). Mais ce réseau, certes mondial, est très inégalement réparti selon les régions, une fracture numérique sépare le Nord et le Sud, et, même au sein du monde développé, de fortes disparités subsistent. (...)

Pour les pays en développement, le défi est encore plus grand. Dans des pays ravagés par le sida, où les professeurs meurent plus vite qu’ils ne peuvent être remplacés, l’accès a la société du savoir via les TIC est vital pour former et maîtriser ces nouveaux instruments mais également diffuser la connaissance.

La Banque mondiale, qui développe un pro­gramme pour combler le fossé digital à travers l’éducation, estime que Ia croissance exponen­tielle des technologies de Ia communication a exa­cerbe le fossé entre les pays à haut et faible reve­nus. Le nombre d’appareils de télévision par 1000 habitants va de moins d'un poste en Erythrée à 64 en Côte d’lvoire, 469 en République tchèque et 805 aux Etats-Unis. Le nombre d’ordinateurs personnels pour 1000 habitants est inférieur à 1 au Burkina Faso, 27 en Afrique du Sud, 38 au Chili alors qu’il atteint 172 a Singapour et 348 en Suisse. Dans les pays d’Afrique, une personne sur 5000 utilise Internet, contre une sur six en Europe et en Amérique du Nord . L’Afrique, qui rassemble 13% de Ia population mondiale, ne compte que 1% des internautes. Les pays en développement risquent de rester durablement en dehors des for­midables progrès qu’apportent Les technologies de l’information en matière d’innovation, de par­tage de Ia connaissance, de croissance, et de développement durable. Babette STERN, Le Monde, 10 décembre 2003.

 

 

 

Document 5

 

La mondialisation menace les identités culturelles et, si l’on n’y prend garde, elle engendrera une standardisation culturelle. La mondialisation pousse en effet à l’uniformisation des comportements et des modes de vie. II importe certes de promouvoir des valeurs et des références communes a l’ensemble de I’humanité, mais sans oublier les spécificités Iéguées par le temps, sans oublier le respect des identités, sans négliger la richesse de Ia diversité des cultures. (…) Affirmer l’importance de Ia diversité culturelle répond également a une exigence économique. L’importance de ces enjeux économiques impose d’apporter des correctifs à Ia logique du libre-échange, qui impliquerait que Ia plupart des Etats renoncent à leurs industries culturelles et audiovisuelles dès lors que des produits étran­gers peuvent être importés à un moindre coût, les films hollywoodiens par exemple sont amortis sur un vaste marché avant d’être exportés à bas prix (…).L’entrée dans la société de l’information, Ia prise en compte des nouvelles technologies mettent claire­ment en avant cette dimension économique étroitement imbriquée avec la dimension culturelle. Nous ne pouvons renoncer à ces activités.

 

Intervention de Catherine Trautmann, ministre de Ia Culture , à Ia table ronde organisée par L’UNESCO sur La diversité culturelle face a Ia mondialisation, 2 novembre 1999.



1. On a la possibilité de déplacement très rapide. Apparition du travail à distance, notamment de pays à pays (délocalisation des travaux peu qualifiés) Ces nouveauc outils de travail ont provoqué la Division Internationale du Travail. Développement du virtuel, au détriment des communications humaines directes. On observe une tertiarisation des activités.

 

2. On observe un regrouopement d'entreprises (concentration) . Il existe 2 types de concentration

- horizontale : agrandir l'entreprise à tous les domaines du secteur

- verticale : contrôle total du processus de fabrication

 

Exeple de Bouygues : BTP => Télévision groupe TF1 => Téléphonie => Internet

Ces grands groupes se partagent le marché mondial. Il font la plupart du temps parti de la Triade.

 

3. Accès à la connaissance pour tous (éducation, culture) divulgation de valeurs commes les Droits de l'Homme, la démocratie, le désenclavement des minorités. La communication peut donc devenir un outil de développement. On observe surtout une américanisation des cultures.

 

4. Exception culturelle => obligation de diffusion d'un pourcentage de films, musique, livres français sur le territoire français.

 

5. Il existe une fracture numérique. Les pays à l'écart des secteurs des NTIC sont encore plus margnialisés.

 

CONCLUSION :

La société du XXIème siècle n'est pas encore uniforme, bien  que cela qit progressé. Beaucoup de distinctions entre les sociétés Occidentales et celles du Sud. En Occident l'on a une population qui vieillit, et qui commence à reculer. Ce sont des sociétés qui ont considérablement évolué sur le plan des modes de vie, des valeurs, des coutumes. On observe un recul des pratiques religieuses en Occident ce qui n'est pas valable pour les Etats-Unis. Il y a également une forte émancipation féminine. La résolution du problème démographique va donc passer par un recrutement dans l'immigration. 

Partager cet article

Repost 0
Published by dupuyL2 - dans Histoire
commenter cet article

commentaires